Projet de vie

Dans les lois et règlements relatifs aux personnes âgées, la notion de « projet de vie » est employée dans une logique institutionnelle, au sens de projet d’établissement, projet d’animation ou de projet architectural. Le projet de soins, élaboré et mis en œuvre par le médecin coordonnateur avec le concours de l’équipe soignante, fait partie du projet de vie de l’institution.

Un texte spécifique aux EHPAD mentionne néanmoins un « projet personnalisé » pour chaque résident présentant une détérioration intellectuelle afin de déterminer les activités visant à maintenir ses capacités relationnelles. Il s’attache surtout à la qualité de la prise en charge qui repose sur « le respect de la personne, de ses choix » et de ses attentes, pour l’aider « à conserver un degré maximal d’autonomie sociale, physique et psychique », et ce à travers « une transparence du fonctionnement de chaque institution ».

Projet de vie aux EHPAD du Centre Hospitalier de Crest

Tous les professionnels intervenant en EHPAD, du personnel administratif au personnel soignant incluant le personnel hôtelier, ainsi que les familles et les proches du résident, sont concernés par la mise en place de ce projet. Il s’agit d’une démarche participative et collective, qui a pour objet de donner du sens aux années pendant lesquelles la personne âgée va résider en EHPAD. Il est essentiel pour le résident de trouver sa place au sein de l’EHPAD et de s’adapter à cette nouvelle vie. « La personnalisation va passer par le questionnement du sujet sur sa possibilité de s’adapter à son environnement autant que dans les moyens donnés à la structure de s’adapter à la personne».

Concrètement, le projet de vie comprend :

  • Le recueil de données à l’entrée du résident,
  • Ses besoins et envies,
  • Son projet d’animation en fonction de son état de dépendance.

Ce projet, qui résulte d’un travail d’équipe pluri professionnelle, évoluera au cours du temps en fonction de l’état physique et psychologique du résident. Il permettra de garder tant que possible les habitudes de la personne âgée, en tentant un consensus du côté institutionnel (collectif) et du côté du résident (individuel).

Nos EHPAD vont répondre au mieux aux besoins demandés avec les moyens disponibles. « […] ce n’est plus à l’individu de s’adapter à une institution uniforme, mais à l’institution de réformer son mode de fonctionnement pour prendre en compte la diversité et les droits des personnes accueillies Pour le résident, il va devoir aussi s’adapter à des normes de vie en collectivité, pouvoir s’épanouir sans voir la sensation de contraintes réglementaires».

Le résident va se trouver confronté à des normes de vie en collectivité qu’il n’avait pas à domicile. Les professionnels vont l’aider à pouvoir s’épanouir sans qu’il ressente ces contraintes.